PILATES-SOPHROLOGIE-HYPNOSE
Vaison La Romaine, Malaucène, Paris

Nathalie Bilbeau

Thérapeute en sophrologie

LES DOMAINES D'APPLICATION DE LA SOPHROLOGIE selon le «Guide de Sophrologie Appliquée», sous la direction de Richard ESPOSITO

La sophrologie et le sport

Le champ de la « préparation mentale » en sport relève d’une approche pédagogique en vue d’aider le sportif à donner le meilleur de lui-même (utiliser au mieux ses ressources) dans le cadre de la compétition, mais aussi de l'entraînement.
 
L’objectif de la préparation mentale du sportif est d’amener ce dernier à mettre au point une « boîte à outils mentale » personnalisée qu’il pourra utiliser en autonomie. Cela permettra au sportif d’agir aussi bien sur l’aspect physiologique et émotionnel (ce qu’il ressent) que sur l’aspect cognitif (ce qu’il pense) et comportemental (ce qu’il fait).
C’est-à-dire sur les 3 composantes conditionnelles et coordinatifs mentaux de la performance. La notion de plaisir dans la pratique sportive nous rappelle que les sportifs ne sont pas des machines à performance, mais bien des êtres humains à la recherche d’un épanouissement personnel. (Victor Sebastiao). La fatigue, le doute, le stress, la peur limitent l'expression optimale. La préparation consiste à utiliser toutes les ressources nécessaires pour modifier pensées et comportements et adopter une attitude de gagnant. Confiance, concentration, motivation, habilité mentale sont autant d'aptitudes que l'on peut apprendre à développer. L'entrainement mental, fonction de la spécificité du sport et du potentiel de chacun, est basé sur l'élaboration d'une stratégie d'entrainement durant laquelle il y a lieu selon Michèle FREUD, psychothérapeute et sophrologue:  
 
  • De stimuler l'imagination et développer des pensées positives pour progresser
  • D'améliorer les facultés d'attention, de concentration, de vaincre la fatigue
  • De lutter contre le découragement et la démotivation, de gérer les pleurs et l'anxiété et de récupérer un bon sommeil

La sophrologie chez l'enfant

La sophrologie et l’ensemble de ses techniques, savamment orchestrées, vont permettre à l’enfant de revenir consciemment en contact

  • avec lui-même, son corps au travers des sensations et jusque dans sa physiologie (si nécessaire) ;

  • avec les fonctionnements conscients et inconscients du corps et leurs conséquences ;

  • avec tout ce qui l’entoure, les lieux, les gens, les choses… etc à travers la perception qu’il en a ;

  • avec son histoire, le présent (dans la valorisation du positif), le passé, et commencer à envisager un futur plus consciemment choisi en fonction de qui il est.

  • Avec son évolution, sa façon d’avancer et de progresser en accord avec ses valeurs et dans la conscience de ses capacités…

Cette progression partira systématiquement de lui-même, pour respecter son authenticité et envisager d’être lui-même en toute sérénité. Ceci lui permettra progressivement d’investir plus de calme et de concentration, pour lui-même et dans ses relations interpersonnelles, de trouver le chemin de l’acceptation de soi, de ses fonctionnements choisis et de ses capacités et ressources…

 

La sophrologie et la gestion du stress

Le stress est un ensemble de perturbations physiologiques, métaboliques et psychologiques qui surviennent sous l'influence de divers stimuli, agréables ou désagréables. C'est un véritable orage d'hormones et de neuromédiateurs créant une réaction orthosympathique généralisée. Ces différents stimuli générant le stress provoquent des phénomènes tels que la tachycardie, augmentation du rythme respiratoire avec diminution de l'amplitude, s'accompagnant d'une polypnée respiratoire, tension musculaire réactionnelle. Toute cette énergie mobilisée ne peut être, bien souvent, dissipée dans un passage à l'acte, du fait des interdits psychosociaux, législation...). La personne ne peut donc agir et risque de somatiser son stress. Naît alors une angoisse par laquelle un sujet convertit ses troubles et ses conflits psychiques en symptômes corporels. En restant prostré et inactif, il somatise, si on ne l'aide pas à évacuer son stress, au moyen de la relaxation ou toutes autres méthodes. 
 
La pratique de la sophrologie permet donc une meilleure canalisation de l'énergie : la tension musculaire se dissipe, l'esprit se détend et le corps reste sain

La sophrologie : Une application médicale chez la personne hospitalisée.

La sophrologie chez la personne hospitalisée, par exemple, s'avère très bénéfique. En effet, la sophrologie prépare l'être humain et son psychisme à mieux vivre son hospitalisation et elle peut s'avérer utile dans plusieurs domaines :
  • En obstétrique : elle prépare la femme à son accouchement pour que celui ci soit vécu dans le calme et la joie.
  • En chirurgie, elle prépare psychologiquement le patient pour des petits gestes ou pour des interventions lourdes.
  • En service de médecine, elle s'avère complémentaire pour lutter contre la douleur induite par des gestes invasifs, à visée diagnostique ou currative. La sophrologie apporte également un soutien lors des séances de chimiothérapie et/ou de radiothérapie.
  • Elle peut être un complément, voire parfois même une thérapie de certaines névroses phobiques, ainsi qu'une aide dans les suites d'un deuil, de séparation ou lors de cures d'amaigrissement, de désintoxication tabagique ou alcoolique.
  • Les acouphènes http://www.pole-sophrologie-acouphenes.fr/les-acouphenes-par-alain-londero.html

La sophrologie en entreprise

Face à une actualité alarmiste avec la recrudescence de suicides au travail, l'entreprise est contrainte d'apporter des solutions (les pouvoirs publics ont sommé les établissements de plus de mille salariés d'entreprendre des actions sur les risques psychosociaux depuis février 2010). La sophrologie passe ainsi la douane de l'entreprise, d'ordinaire frileuse mis qui aujourd'hui s'ouvre largement sur la méthode, pour apporter des outils pratico-pratiques à ses salariés en vue d'un mieux-être.

La sophrologie et l'estime de soi

L'estime de soi que la sophrologie prétend développer, c'est de s'aimer tel que nous sommes. Il ne s'agit pas en effet de recouvrir, de refouler, pour employer un terme devenu courant , les passions que le sophronisant énonce d'emblée comme négatives. Il s'agit de découvrir en état de conscience modifié le vécu corporel, émotionnel et l'imaginaire fantasmatique qui se trouvent derrières les passions dont le sophronisant veut se délivrer. Car cette passion (la jalousie par exemple...), le travail sophrologique permet de l'intégrer. Et en intégrant ses passions de manière harmonieuse, le sophronisant fait grandir l'estime de soi qui consiste à s'aimer tel que nous sommes, mais en se connaissant en profondeur et non à travers une image donnée à voir.

La sophrologie et la douleur

La douleur est un symptôme complexe qui concerne l'être humain dans toute sa dimension physique, psychologique, familiale et sociale ; la soulager nécéssite parfois un accompagnement multidisciplimaire. La démarche sophrologique incite la personne à devenir actrice dans sa prise en charge, aidée en cela par la collaboration du sophrologue et par l'alliance qui peut s'installer avec le patient, pré-requis indispensables à toute démarche d'accompagnement. La sophrologie a toute sa place dans l'éventail des thérapeutiques proposées aux patients douloureux; les résultats sont aussi fonction de la volonté et de l'investissement de la personne elle-même. Le sophrologue ne peut se substituer au patient : il transmet seulement un outil, propose une méthode, un savoir-faire, accompagne avec empathie, afin que chacun puisse développer ses propres ressources et devenir autonome.

La sophrologie et la créativité

Parce qu'elle nous invite à avoir un rapport différent au corps, à notre environnement, au monde, et à nous-mêmes, la sophrologie nous permet précisément de sortir des automatismes et des conditionnements pour aller vers une plus grande authenticité, une écoute plus affinée de notre intuition, une confiance accrue en notre potentiel créatif.
Pour citer une phrase d'Augusto BOAL, écrivain, dramaturge, metteur en scène, fondateur du Théâtre de l'opprimé, reprise dans le « Guide de sophrologie appliquée » de Richard ESPOSITO :
 
« Mais comment les émotions peuvent-elles se manifester librement à travers le corps si précisément cet instrument est mécanisé, musculairement automatisé, et insensible à 90 % de ses possibilités ?»

La sophrologie et le monde scolaire

La sophrologie peut être facilement mise au service de l'apprentissage. Que l'élève soit en difficulté ou non, elle répond tout à fait à son besoin d'adaptation à un milieu qui nécessairement fixe des exigences, et peut être aussi encourageant que démotivant pour des raisons qui ne peuvent se comprendre que de manière systémique. La démotivation s'installe le plus souvent quand le sujet a le sentiment de n'avoir plus aucune prise sur les évènements. Au lieu d'acquérir des savoirs, d'apprendre à les acquérir, l'élève subit la résignation et la perte de confiance en soi ; et le sophrologue, qui ne substituera jamais à l'enseignant, peut constituer alors un médiateur essentiel en mesure de redonner confiance dans les capacités du jeune et donc de le redynamiser. L'action du sophrologue s'inscrit de la maternelle ( avec des techniques adaptées qui relèvent de la sophrologie ludique) à l'enseignement supérieur à tous les niveaux (université, classe prépa...)

La sophrologie et le sommeil

La sophrologie est une indication pour les troubles du sommeil et de la vigilance ; les résultats peuvent être rapides avec des techniques simples. Si un accompagnement de quelques séances peut suffire à améliorer les symptômes, c'est aussi un point de départ pour une redécouverte de soi plus globale et profonde.

http://www.santemagazine.fr/le-blog-de-veronique-bertrand-joachim/3-types-d-insomnie-a-soigner-avec-la-sophrologie-74434.html#utm_medium=social&utm_source=facebook&utm_campaign=share

Chaque sophrologue développera les dimensions qu'il jugera les plus appropriées dans l'accompagnement de la dimension comportementale: la sophrologie est une partie intégrante de l'hygiène du sommeil; la dimension cognitive : elle participe à la reprogrammation du sommeil, favorise le travail sur l'environnement et le signal sommeil ; 

  • Dimension psychophysiologique : capacité de détente, variation du niveau de vigilance, capacité de récupération ; 
  • Dimension existentielle : place du sommeil, relation à l'insomnie. Face cachée de l'éveil, le sommeil marque le début d'une nouvelle vie avec ses propres règles, un équilibre essentiel qu'il convient de préserver.

De nos jours, l'accélération des rythmes de vie et l'évolution de l'environnement (stress, écrans de toutes sortes, l'Internet, niveaux sonores excessifs) contribuent à diminuer le temps de sommeil de l'homme moderne et les organismes ne suivent plus. La société prend progressivement conscience de la gravité de ces enjeux : santé, sécurité, économie. Dans cette dynamique, la sophrologie nous engage à nous poser comme acteurs responsables de cet équilibre, tant au niveau individuel que collectif.

La sophrologie est l’occasion de prendre en compte ses besoins en la matière. Elle permet notamment d’identifier les sensations qui favorisent son endormissement ou simplement d’apprendre à y prêter attention : douceur de la couverture, moelleux de l’oreiller, fraîcheur ou encore décontraction du corps.
L’occasion également de mettre le doigt sur ce que génèrent les stimuli gênants comme les ronflements ou les mouvements de son partenaire. Bien souvent ces facteurs augmentent le niveau de vigilance et le rythme cardiaque de celui qui cherche à s’endormir, ce qui est incompatible avec l’endormissement. http://www.sophrologie-actualite.fr/2017/03/15/sommeil-et-sophrologie-comment-bien-dormir-quand-on-est-a-deux

La sophrologie et les troubles du comportement alimentaire

La sophrologie offre de multiples potentialités pour mieux gérer les troubles du comportement alimentaire. L'introspection corporelle constitue un moyen efficace pour assouplir, en douceur, les différentes tensions, recouvrer un ressenti et une fluidité corporels. Elle régénère et reconstruit l'être dans sa dimension tant physique que psychique. Les patients découvrent au fil des séances qu'ils sont capables de répondre différemment à leurs besoins. C'est affrontant leur sentiment de vide intérieur qu'ils ont appris à s'affranchir de la peur, à habiter réellement leur corps et à explorer des capacités insoupçonnées. Au delà du comportement alimentaire, c'est l'ensemble des habitudes et de leur mode de vie qu'ils ont appris à modifier. Ils ont pu faire confiance à leur ressenti afin de redéfinir leurs valeurs, s'investir dans de nouveaux projets et mieux orienter le cours de leur vie. Se reconnaissant enfin le droit d'exister sans avoir à dépendre aveuglément d'autrui, ils ont pu guérir de leur compulsions.

Réalisation & référencement Simplébo   |   Ce site a été proposé par Le Guide des Médecines Douces

Connexion

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'installation et l'utilisation de cookies sur votre poste, notamment à des fins d'analyse d'audience, dans le respect de notre politique de protection de votre vie privée.